• Dramas Chinois


  • Critique de Fleya

     Si toi aussi tu souhaites participer au blog en écrivant une critique, je t"invite à aller voir cet article.

    Nirvana In Fire


    NIRVANA IN FIRE

    Titre original :  Lang Ya Bang / 琅琊榜
    Pays : Nirvana In Fire Chine
    Genre : Drame, Historique
    Episodes : 54
    Année : 2015

    Casting :

    • Hu Ge : Mei Chang Su / Su Zhe / Lin Shu
    • Nick Wang : Xiao Jing Yan, le prince Jing
    • Tamia Liu : La princesse Ni Huang de Yunnan

    Nirvana In Fire

    Résumé

    Ce drama est l'adaptation du roman éponyme de l'auteur Hai Yan.

    À l'époque des dynasties du Nord et du Sud, une grande bataille opposa les Liang du Sud aux Wei du Nord. Sous les ordres du prince Qi, le loyal général Lin Xie de l'armée Chi Yan emmena avec lui sur le champ de bataille son fils prodige de 17 ans, le jeune maréchal Lin Shu.

    Alors que l'armée Chi Yan venait tout juste de repousser l'envahisseur du Nord, victime d'une conspiration, le prince Qi fut accusé de haute trahison. Par ordre impérial, les 70 000 soldats de l'armée Chi Yan furent annihilés par leur propre camp sur les terres glacées de Meiling. Le jeune Lin Shu échappa miraculeusement au massacre grâce à la dévotion d'un subordonné loyal, mais il fut grièvement blessé et infecté par un poison rarissime. Pour survivre, il subit un traitement très douloureux qui transforma son apparence à jamais. Il perdit toute sa force physique et son corps devint faible. Ressuscitant sous le nom de Mei Chang Su, il reçut l'appui de l'omniscient Hall Lang Ya et devint le chef de l'alliance Jiang Zuo, la secte la plus importante de tout le Jianghu.

    Douze ans après la bataille de Meiling, Mei Chang Su revint sous le faux nom de Su Zhe dans la capitale Impériale où il choisit de devenir le stratège de son ami d'enfance, le prince Jing, fils mal-aimé de l'empereur de Da Liang. Lancé sur l'ultime chemin de la vengeance, il déclencha alors une bataille cruelle et invisible dans le but de révéler au grand jour les crimes inavouables de chacun, et réparer les injustices dont l'armée Chi Yan fut victime.

    Nirvana In Fire

    Avis de Fleya

    10 / 10 : J’ai choisi de vous parler de ce drama parce qu’il compte beaucoup à mes yeux et qu’il est sans conteste à mes yeux l’un des meilleurs dramas que j’ai vu de ma vie et surtout, mon drama favori, point.

    Je sais qu’il risque d’être difficile de convaincre quelqu’un de peu habitué aux dramas historiques classiques (je parle ici des sageuk type Jumong, Shin Don, Queen Insoo) de se lancer dans une aventure de 54 épisodes où ça parle plus de politique que de romance, de fanservice et de scènes « shippy » (je dis ça sans aucune condescendance, je suis très friande de ce genre aussi. Je reconnais juste qu’ils sont plus accessibles). Mais, je ne recule devant aucun challenge, donc *retrousse ses manches invisibles*

    Je pourrais vous appâter en vous disant que ce drama est souvent surnommé le « Game of Thrones chinois », sauf que non je ne ferais pas ça. *sort ses pierres en mousse pour caillasser avec amour la première personne qui osera faire la comparaison*

    Je commencerais donc par m’extasier sans aucune retenue sur l’intelligence du scénario. Certes, on est un peu paumé au départ, mais ça fait partie du jeu, n’ayez pas peur. Le premier épisode, je vous jure, j’avais une expression de constante confusion sur le visage. Je n’avais rien compris. Rien de rien. 

    Mais ! J’insiste vraiment là-dessus, il ne faut pas se laisser intimider par le premier épisode, c’est normal d’être perdu, c’est même un parti pris. Ce drama est construit de telle manière qu’on comprend ce qu’il se passe peu à peu, qu’on réalise au fur et à mesure combien son héros est aussi brillant que sa réputation laisse supposer, que rien n’est laissé au hasard. Chaque mot compte. Rien n’est superflu. Il faut rester attentif/ve non-stop.

    Nirvana In Fire

    Ce drama est écrit avec un tel souci du détail, c’est comme regarder une toile complexe se dessiner sous nos yeux. J'apprécie tout particulièrement ce genre d'histoire qui fait confiance au spectateur pour comprendre, ne le prend pas pour un idiot. Le rythme de l'intrigue est constant, il n'y a jamais de temps mort. Les auteurs savent où ils vont, ce qu'il font.

    Parlons maintenant des personnages. On a en premier lieu notre héros, Mei Changsu/Lin Shu. Présenté comme le stratège le plus brillant du monde connu, il ne faillit pas à sa réputation. Qu’il est jouissif de le voir manipuler les gens, ils lui mangent dans la main, c’est un maître. C’est quelqu’un de très réfléchi et de patient. Mais surtout, rien ne doit se mettre en travers de son objectif. C’est ce qui le maintien en vie, c’est sa seule raison d’exister. C’est un personnage difficile à cerner de prime abord, mais on finit par s’attacher à lui. Hu Ge est parfait dans ce rôle. Un vrai tour de force.

    Je ne peux m’empêcher de parler de mon personnage chouchou, le Prince Jing. J’en dirais le moins possible pour que le drama garde toutes ses surprises, mais on a là un personnage ultra sérieux, austère, sans humour, avec en plus l’apparence et la voix de Wang Kai... *soupir*

    Jingyan est le cousin de Lin Shu et son meilleur ami avant la tragédie. Il reste profondément traumatisé par l’évènement et est dégoûté par les comploteurs du palais, préférant les champs de bataille. C’est quelqu’un d’extrêmement frustrant car très droit, incorruptible et qui place la justice avant tout. Il manque cruellement de recul sur les choses et est entêté comme pas deux. Mais je l’aime quand même. Très très fort. Il y a aussi Nihuang, la générale badass, anciennement fiancée à Lin Shu, qui est d’une loyauté sans borne et qui n’a pas froid aux yeux.

    En fait, je pourrais passer des heures à décrire les personnages de ce drama, tant ils sont bien écrits, ont tous une personnalité distincte, les bons comme les mauvais (Fei Liu, Jingrui, Meng Zhi, Xie Yu, Prince Yu…) Pas un seul personnage n'est pénible, ce qui est un exploit quand on compte autant de gens différents.

    Nirvana In Fire

    La réalisation est magnifique, la photographie est un régal visuel. C’est superbement filmé. Je n’ai pas les mots pour décrire combien les costumes et les décors sont sublimes. Il y a un tel souci du détail, une multitude de figurants aidant à rendre le palais fourmillant de vie, l’environnement réaliste. C’est un reproche que j’ai tendance à faire à beaucoup de dramas historique, c’est qu’on voit peu de gens vraiment vivre entre les murs impériaux, sauf les protagonistes d’une scène et deux-trois serviteurs. J’ai trouvé que Nirvana in Fire réussissait haut la main à donner l’illusion qu’il y avait de la vie, en dehors de celle des personnages que l’on suit.

    La musique n'est pas en reste, car l'OST est divine. Les chansons-titres sont écrites sur mesure et collent aux événements, les instrumentales accompagnent à merveille ce récit.

    Si j’avais un reproche à faire à ce drama, ce serait la presque absence de personnages féminins vraiment importants. Seule la Consort Jing a un rôle de premier ordre dans ce drama. La féministe en moi pleure un peu devant le « sausage-fest ». Mais ! les femmes présentes sont très bien écrites, ce qui compense un tout petit peu.

    Nirvana In Fire

    En conclusion, je dirais que je recommande mille fois ce drama. Il est passionnant, émouvant, haletant, d’une beauté à couper le souffle, interprété par d’excellents acteurs, écrit par une plume affûtée et sûre d'elle.

     

    Connaissez vous ce drama ? Si oui, qu'en avez vous pensé ?

     


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique