• Voici enfin mon top ending des animes de 2014. Un top qui tardait à venir je l'avoue mais je n'ai pas eu de grand coup de coeur pour les ending de cette année à part les 3 premiers de mon top.

      

    20. DRAMAtical Murder Ending 4 : Lullaby Blue

     

     

    19. Tokyo ESP Ending 1 : Kyuusei Argyros



    Lire la suite...


    5 commentaires
  • Yami Shibai

    YAMI SHIBAI

    Titre original :  闇芝居
    Pays : Miraculous Ladybug Japon

    Créateurs originaux : Hosoya Nobuyuki, Kunisada Shoko
    Genre : Horreur, Surnaturel
    Episodes : 2 x 13
    Année : 2013 - 2014
    Studio : ILCA

    Yami Shibai

    Résumé

    Yamishibai est un anime revisitant les légendes urbaines japonaises dans un style visuel rétro.
    Chaque épisode racontant les aventures malheureuses d'un ou plusieurs personnages, est narré par un conteur.

    Yami Shibai

    Mon avis

    7 / 10 : Malgré le fait que je suis une fan des histoires d'horreur, Yami Shibai ne m'a pas spécialement attiré. Il faut dire aussi que l'affiche ne donnait pas envie et même si les légendes urbaines japonaises m'intéressaient, l'anime ne me tentait pas plus que ça. Pourtant je suis tombée sur des images de la série et je dois dire qu'elles m'ont donné grandement envie de me plonger dans le visionnage de celle ci. Et finalement je ne regrette pas du tout car Yami Shibai est un des rares animes qui a réussi à me faire peur !

    Il faut savoir déjà que le format est très court, chaque épisode durent 4 minutes donc on a pas le temps de s'ennuyer, même si certaines histoires sont moins prenantes que d'autres. L'animation est assez particulière et pourra en repousser certains mais honnêtement elle colle parfaitement à l'anime, et accentue le côté terrifiant de celui ci. C'est pourquoi je vous conseille vraiment de ne pas vous arrêter à ça.

    Comme je l'ai dit plus haut, c'est un anime qui a réussi à me faire peur, chose qui est assez rare. L'ambiance est pesante, stressante, ajouté à cela des dessins assez sombres et un OST aux musiques dérangeantes, vous avez tout les ingrédients pour facilement trembler devant Yami Shibai.

    Mais, parce qu'il y a un mais, ma note aurait été meilleure si la saison 2 ne m'avait pas autant déçu. J'ai trouvé les histoires beaucoup moins captivantes et surtout beaucoup moins terrifiantes. Je n'ai pas eu du tout peur en regardant la saison 2 alors que j'avais vraiment stressé en voyant certains épisodes de la saison 1.

    Je suis également restée sur ma faim concernant plusieurs épisodes qui pour ma part n'étaient pas assez aboutit, pas assez approfondit et auraient mérité de l'être un peu plus.

    Yami Shibai

    En bref, Yami Shibai est un très bon anime d'horreur, un anime qui change d'autres séries du même genre. Dommage que la deuxième saison n'est pas à la hauteur de la première. Malgré tout il m'aura quand même stressé un bon nombre de fois, je le conseille donc aux amateurs de frissons.

    Ton avis ?

    Pin It

    3 commentaires
  • Je sais qu'un bon nombre de personne hésite à se lancer dans le visionnage de dramas. C'est pourquoi j'ai eu l'idée de citer les différentes raisons qui me poussent à regarder des dramas en espérant que ça va en convaincre certain(e)s. 

    Et si vous êtes déjà convaincu, je vous invite à consulter mon article : Les dramas, par quoi commencer ?


    1. Pour la culture

    Pourquoi commencer les dramas ?

    Je pense que c'est le principal argument qu'un bon nombre de dramavores vous donneront, et ils n'ont pas tort. Les dramas touchent un grand nombre de pays d'Asie et tous ont une culture et des traditions différentes, les dramas nous permettent donc de connaitre davantage ses cultures la. Alors bien sur les dramas ne sont pas le reflet de la réalité, mais on arrive malgré tout à apprendre quelques petites choses, ce qui rend ces séries la très intéressantes. Et personnellement, depuis que je regarde les dramas, j'arrive enfin a différencier les différentes langues asiatiques, choses pas faciles quand on ne les entends que très peu.


    2. Pour les acteurs / actrices

    Pourquoi commencer les dramas ?

    Car ça fait du bien de voir des têtes qu'on ne connait pas, de voir de nouveaux talents. Il est vrai que les Asiatiques surjouent pas mal, mais ça n'empêche pas aux acteurs / actrices d'être très bons et certains méritent vraiment qu'on porte un peu plus d'attention à leur égard. Sans compter que plusieurs idoles jouent dans les dramas, donc si vous aimer écouter de la musique asiatique, cela vous donne une raison de plus d'aller vous jeter sur les dramas, car c'est toujours sympa de voir une série dont on connait un minimum le casting.


    3. Pour la diversité

    Pourquoi commencer les dramas ?

    Il existe une tonne de dramas de genre et de pays différents ! Entre la Corée, le Japon, la Chine, la Thailande, la Taiwan et j'en passe, vous trouverez forcément un drama qui vous plaira, ou alors il faut être vraiment vraiment très difficile. Bien sur il y a des genres plus prédominants que d'autres, mais il y en a vraiment pour tout les goûts !


    4. Pour le format

    Pourquoi commencer les dramas ?

    Contrairement aux Américains qui prolongent leurs séries sur de nombreuses saisons, les Asiatiques ont rarement plus de 2 saisons, et la majorité ont une seule et unique saison. Du coup on peut enchaîner plus rapidement des dramas. Après il existe aussi des longueurs chez eux, sans avoir besoin de plusieurs saisons, mais c'est quand même plus tentant de commencer une série d'une vingtaine d'épisodes qu'une série qui en compte plus de 100.

     


    5. Car ils m'ont fait aimer un genre que je n'aimais pas beaucoup

    Pourquoi commencer les dramas ?

    A titre plus personnelle, les dramas m'ont fait aimer les histoires à l'eau de rose. J'ai toujours eu du mal avec les histoires de romance que je trouve exaspérantes ou très peu réalistes pour certaines séries. Par exemple pour les animes, les histoires de ce genre sont bourrés de clichés, tu trouveras souvent la fille cruche qui va tomber amoureuse du mec populaire. Oui je généralise un peu, mais faut dire ce qui est, on retrouve souvent ce cliché la, mais heureusement il y a des exceptions. Pour ce qui est des séries Américaines, les histoires d'amour sont pour moi parfois trop irréalistes. Il y a toujours tout le monde qui couchent avec tout le monde, ce qui fait que je n'arrive même pas à me réjouir quand deux personnes se mettent en couple tellement c'est un foutoir pas possible. Après je ne dis pas que les dramas échappent aux clichés, loin de la, mais ils ont un truc qui fait que j'accroche déjà plus facilement. Déjà les acteurs / actrices qui sont en couples sont pour moi déjà plus crédibles, certains couples ont une vraie alchimie, on voit vraiment bien l'installation des sentiments. De plus j'aime beaucoup le fait que les Asiatiques soit pudiques,ils prouvent bien que l'absence de sexe peut donner malgré tout une bonne série. Après y'a des limites. Parfois j'aimerai bien qu'ils se fassent des baisers un peu plus passionnés que des simples smack ou plutôt, comme une autre blogueuse l'avait appelé, des baiser figés. Attendre tout le drama juste pour un baiser de ce style est assez frustrant je l'avoue ! Mais ce n'est qu'un détail parmi tant d'autre. J'aime beaucoup les romances chez les Asiatiques, et je pense en regarder encore longtemps.

     


    6. Pour les adaptations de manga / manhwa / animes

    Pourquoi commencer les dramas ?

    Etant moi même une fan de mangas et d'animes, je suis toujours très curieuse de voir les versions lives de mes séries préférés. Certaines adaptations sont vraiment très bonnes, et puis quand on aime une histoire, c'est toujours un plaisir de la revoir dans un format différent. Surtout que ces adaptations la sont de plus en plus fréquentes et nombreuses, donc il est obligé d'en trouvé une qui vous plaira.

     


    7. Car ils en existent en différentes versions

    Pourquoi commencer les dramas ?

    Certains ne trouveront peut être pas cet argument vraiment bons, pourtant je trouve sympa de voir des mêmes séries dans des versions différentes, surtout quand on a adoré l'histoire de base. Tout les pays ont une culture différente donc cela nous permet vraiment de voir les différences entre chaque pays d'un drama à l'autre.

     

    8. Pour les OST

    Les dramas n'ont vraiment rien à envier aux grands films, aux jeux vidéos et autres oeuvres ou l'OST prend une place importante. Que ce soit des musiques vocales ou instrumentales, certains OST de drama sont vraiment magnifiques. Et pour moi qui accorde une grande importance pour la bande son d'une oeuvre, je suis ravie d'entendre de si belles musiques.

     

    J'aimerai sortir un dernier argument qui n'en ai pas vraiment un mais bon. Je parle surtout à ceux qui veulent tenter les dramas mais qui repoussent toujours. Dites vous que plus vous repoussez, moins vous aurez le temps d'en voir, surtout si vous risquez d'accrocher. Vous ne risquez rien à en tenter un de suite, donc pourquoi ne pas le faire ?

    Et vous, avez vous encore d'autres raisons de regarder des dramas ? 

    Pin It

    26 commentaires
  • City Hunter

    CITY HUNTER

    Titre original :  Sitiheonteo / 시티헌터
    Pays : Corée du Sud Corée du Sud
    Genre : Action, Romance
    Episodes : 20
    Année : 2011

    Casting :

    City Hunter

    Résumé

    L'histoire nous plonge dans le Séoul d’aujourd’hui. Lee Yoon-Sung est diplômé de la prestigieuse université américaine du MIT et rejoint l’équipe en charge des communications internationales pour la Maison Bleue, le palais présidentiel de la République de Corée.

    Mais Yoon-Sung cache en réalité une toute autre identité et un bien plus sombre dessein : avec l’aide de son père adoptif Lee Jin-Pyo, unique survivant d’un terrible complot, Yoon-Sung entend éliminer les cinq hommes politiques responsables de la mort de son père biologique, 28 ans auparavant. Il devient alors le mystérieux City Hunter...

    City Hunter

    Mon avis

    9.5 / 10 : Il faut savoir déjà que City Hunter est une très mauvaise adaptation du manga du même nom. Il ne respecte en rien l'histoire de base, on ne retrouve ni Ryo ni Kaori, ni Umibosu, rien qui puisse faire un quelconque lien avec la version papier, à part peut être quelques clins d'oeil. On pourrait croire que c'est une déception mais pas du tout, car même si le drama n'a rien a voir avec le très célèbre Nicky Larson, il n'en reste pas moins génial.

    Il est clair que j'ai commencé le drama en ayant l'intime conviction que celui aurait la même intrigue que le manga, je n'avais donc pas pris le temps de lire clairement le sypnosys et je me jetais par conséquent dans l'inconnu vu que le nom n'était qu'un leurre. Cependant j'ai eu une agréable surprise en découvrant le premier épisode et toute l'histoire qu'il y cachait derrière. J'ai été pris de suite dans toutes les péripéties qu'on nous présentait, toute l'action qui se déchaînait. Arrivé à la fin de l'épisode 1, je ne pouvais dire qu'un seul mot : WOUAH ! Oui ce n'était pas du Nicky Larson mais qu'est ce que c'était bien ! Et il me tardait de voir la suite !

    Mais arrivé au deuxième épisode, l'engouement est redescendu. Les épisodes suivant commençaient à tiré en longueur, il n'y avait pas beaucoup de rebondissements, peu de scènes d'actions et une pseudo romance qui s'installait. On était aux antipodes du fabuleux épisode un.

    [SPOIL] Je parle d'une pseudo romance car celle ci ne va jamais vraiment se concrétiser, il n'y aura jamais une véritable relation entre les protagonistes bien qu'ils ont des sentiments l'un pour l'autre. Tout restera assez flou et la fin ne nous dira pas non plus s'il y aura quelque chose entre les deux si bien que je suis restée sur ma faim. Pour moi, elle n'avait pas une réelle utilité à part éventuellement un quelconque rapprochement entre les deux, un rapprochement qui aurait pu être fait d'une manière différente de sorte qu'on est pas une romance chimérique. [/SPOIL] Cette fausse romance et des premiers épisodes peu rhytmés m'ont conduit à ne mettre que 9,5 au lieu de 10.

                 City HunterCity Hunter

    Mais arrivé à l'épisode 8, tout s'est accéléré. Dès que l'identité de Lee Yun Seong a été mise en danger, j'ai été happé dans l'histoire. Elle est devenu prenante, addictive, je ne pouvais plus lâcher la série, j'en voulais toujours plus. Je souhaitais à tout prix savoir si celui ci allait être démasqué et comment ces connaissances allaient réagir en découvrant sa véritable identité. A l'époque, lorsque je le regardais, j'étais en pleine période de stage, stage qui me demandais de me lever très tot, et donc je ne pouvais voir qu'un épisode par soir Je vous laisse imaginer la torture que c'était de devoir attendre toute une journée pour voir enfin un épisode, surtout qu'à la fin de chaque épisode, on nous servait un fort rebondissement.

    Avec tout ça, je n'ai pas encore parlé de l'histoire. Celle ci se centre sur une vengeance que le père de Lee Yun Seong souhaite accomplir à travers son fils. J'étais assez partagée en découvrant l'intrigue principal, car je suis une fanatique des histoires de vengeance, mais j'aime moyennement ce qui tourne autour de la politique. Et du coup je craignais de ne pas apprécier le drama à sa juste valeur bien que j'avais trouvé l'épisode 1 grandiose. Néanmoins j'ai eu tort de me faire autant de soucis, car tout est impeccablement orchestré, les péripéties autour du thème de la politique n'étaient pas du tout ennuyeuses et j'ai été étonné d'aimer à ce point.

    Concernant le casting, j'ai été conquise. Il me semble qu'à l'époque je ne connaissais aucun acteur ou actrice du drama donc se fut une totale découverte. Lee Min Ho dans le rôle de Lee Yoon Sung a été épatant. L'affrontement permanent contre son père était intense et émouvant à tel point que ça m'en donnait des frissons. J'avoue n'avoir pas grand chose à dire le concernant car je l'ai trouvé parfait dans le rôle de City Hunter. Quant à Park Min Yeong qui joue le rôle de Kim Na Na, je l'ai beaucoup apprécié. Il est vrai que j'ai tendance à préférer les rôles masculins mais honnêtement, le personnage qu'elle joue n'a rien à envier à Lee Yoon Sung. C'est une héroine qui change vraiment des autres personnages féminins qu'on a l'habitude de voir dans un drama. Ce n'est pas une demoiselle en détresse, alors certes City Hunter va la sauver plus d'une fois, mais cela ne l'empêche pas de se débrouiller seule, elle est forte, elle a du caractère et va même sauver à son tour le héro, ce qui est quand même assez rare pour un personnage féminin.

    City Hunter

    Pour ce qui est des personnages secondaires, j'aimerai revenir sur un en particulier qui pour ma part n'a pas assez de reconnaissance. Je parle de Lee Jin Pyo, le père du héro joué par Kim Sang Jung. Dans beaucoup de critique que j'ai pu lire on vante principalement les mérites de Lee Min Ho. Alors oui c'est normal car c'est le héro, mais j'aimerai qu'on oublie pas que ce drama offre d'excellent personnages secondaires dont Lee Jin Pyo. Je l'ai trouvé vraiment charismatique, il dégageait quelque chose qui le rendait assez imposant, il a l'air froid et on a l'impression qu'il ne ressent aucune émotion pourtant c'est tout le contraire, au fond de lui il souffre énormément. Il était très touchant mais à la fois très détestable. Mais j'ai adoré le détester.

    Enfin je souhaiterai quand même dire un petit mot sur l'acteur Lee Jun Hyeok qui joue le procureur Kim Yeong Jo. Un personnage qui ne lachera rien, qui fera tout pour démasquer City Hunter, j'ai aimé son courage et sa détermination. D'un côté j'adorais le héro, j'avais envie qu'il s'en sorte et qu'on ne découvre pas son identité, mais d'un autre côté j'étais tellement admirative de la persévérance du procureur que j'avais envie qu'il découvre l'homme masqué.

    Encore une fois j'aurai voulu détailler un peu plus le casting mais ça deviendrait trop long. C'est en écrivant cette critique que je remarque que j'ai aimé tout les personnages, même les plus détestables hommes politiques, ils jouaient superbement bien et étaient très persuasifs. Le drama nous offre une belle palette d'acteur et d'actrice, c'est un casting parfait, un sans faute pour ma part.

    J'arrive au bout de cette critique en abordant un dernier point qu'est la bande son. Celle ci est juste magnifique, la musique qu'il y avait durant les moments de stress ou d'action sublimait les scènes. Alors bien sur il y a des pistes plus inoubliables que d'autres mais dans l'ensemble l'OST était excellent et il m'arrive de l'écouter encore de temps à autres.

    City Hunter

    Bien que City Hunter ne respecte en rien la bande dessinée japonaise du même nom, il reste un drama réussi sur presque tout les points. Il est dommage que les 8 premiers épisodes ne sont pas du même gabarit que les 12 derniers car cela aurait rendu le drama encore meilleur. Malgré ça, la série est addictive, le casting excellent, l'histoire captivante et l'OST juste superbe. Même si la série est encore assez récente dans le monde du drama, elle est pour moi devenu culte et tout fan de drama devrait l'avoir déjà vu.

     Ton avis ?

    Pin It

    9 commentaires
  • Switch Girl

    SWITCH GIRL

    Titre original : スイッチガール ! !
    Pays : Miraculous Ladybug Japon
    Auteur :
     Aida Natsumi
    Genre : Romance, Comédie
    Année : 2006
    Tome : 25

    Switch Girl

    Résumé

    Nika Tamiya, 17 ans, est l'exemple type d'une lycéenne modèle. Elle est bellecourageusepopulaire, toujours bien coiffée, bien maquillée, bien habillée... Mais ce ne sont que les apparences. Car une fois chez elle, Nika se relâche complètement. Elle passe en mode "off", qui consiste à être tout le contraire de ce qu'elle est au lycée : coiffure horribleénormes lunettesvilain jogging... Bien entendu, cela est tenu secret. Mais un jour, un nouvel élève arrive au lycée. Il s'agit de Arata Kamiyama, un garçon pas très sexy, portant de grosses lunettes d'intello. Malheureusement pour Nika, ce nouvel élève va très vite découvrir son secret. Mais Arata, de son côté, cache également quelque chose : étant en réalité beau gosse, lui, préfère cacher cette image et passer inaperçu. Arata et Nika décident alors de protéger mutuellement leur secret.

    Switch Girl

    Mon avis

    9.5 / 10 : Je me réjouissais beaucoup à l'idée d'écrire cette critique car j'ai adoré ce manga. Je peux dire clairement aujourd'hui que Switch Girl est mon shojo préféré. Et pourtant ce n'était pas gagné car j'ai en effet énormément de mal à accrocher aux shojos à cause de leurs nombreux stéréotypes et clichés en tout genre, sans compter leurs scénarios déjà vu. Switch Girl n'échappe pas à certains clichés et l'histoire de base n'a franchement rien d'original, une fille qui souhaite cacher un secret qui va finalement être découvert par un garçon est plus que banal.

    Pourtant Switch Girl arrive très facilement à se démarquer grâce à des sujets divers et variés, mais surtout très peu exploités. Le côté fleur bleue est souvent très caricaturé ce qui permet de casser certains codes de romances, et rendre le manga très comique. La BD met aussi en avant un sérieux problème de société ou les filles doivent paraître parfaite physiquement au risque d'être mise de côté. [SPOIL] On le voit d'ailleurs dans le dernier tome, lorsque Nika décide de révéler son mode OFF aux personnes qu'elle côtoie au lycée. Ces camarades vont vite déchanté, celle qui était de base la fille la plus charismatique va vite devenir source de moqueries et décevoir plus d'une personne. Ce qui montre à quel point le physique est important et domine sur le caractère. Du coup on se demande, est ce que l'héroine aurait été aussi populaire si tout le monde aurait connu son secret dès le début mais avec une personnalité identique ? Et il est clair que la réponse est non. Et certains chapitres le montrent clairement quand on nous présente les premières relations que notre héroine va avoir avec d'autres garçons. Tous vont fuir en voyant qu'elle se comporte finalement comme une personne normal et non comme l'image qui colle à la peau de la majorité des filles, une image de fille belle, douce, gentille et surtout pas grossière. [/SPOIL] 

    Et justement parlons en de l'héroine. J'ai vraiment été conquise de ce personnage dans lequel on peut aisément se reconnaître et ça c'est assez rare dans un manga.  Certes elle est de base une fille très populaire, jolie, extravertie, marrante, qui a du succès avec la gente masculine et qui se fait très facilement des ami(e)s donc il est difficile de se dire que l'on peut s'identifier à elle. Or dès qu'elle passe en mode OFF, on peut retrouver une fille tout a fait normal, qui pète, qui rote, qui a besoin de s'épiler, d'enlever ses points noirs, bref qui a des besoins corporelles. Et c'est assez inhabituel de voir ses besoins mis autant en avant dans un shojo. Et si l'auteure a aussi bien réussi c'est tout simplement parce qu'elle s'est inspirée de sa propre vie ou des anecdotes que ses proches lui racontaient.

    Switch Girl

    Concernant le protagoniste masculin, j'ai moins été emballée. Arata est le fameux garçon taciturne qu'on peut voir dans de nombreuses séries, et j'avoue ne pas être fan de ce type de personnage. Heureusement il va peu à peu s'ouvrir et en partie grâce à Nika et n'hésitera d'ailleurs pas à prendre sa défense vis à vis des gens qui connaîtront son mode OFF. Ce que j'ai surtout apprécié chez Arata est qu'il va tout simplement accepter Nika comme elle est. Le manga met en avant le fait qu'il faut s'accepter soi même, que l'on a pas toujours besoin de tenir un rôle pour être aimé des autres.

    Il y a un tas de personnage que j'ai beaucoup aimé comme Meika, Masamune, Queen Guenon ou encore Binotocard, mais revenir sur chacun d'eux me prendrait trop de temps. Ils sont tous complètement délirants et surtout très attachants, et très peu sont mis de côté, ils ont chacun leur propre histoire. La romance ne met pas trop de temps à se mettre en place c'est pourquoi on peut suivre avec plaisir l'évolution de la relation entre Nika et Arata mais aussi les différentes relations entre leurs ami(e)s.

    Le manga abordera plus d'une fois des sujets bien plus délicats comme la drogue ou le harcèlement mais sans jamais tomber dans le mélodrame. Mais aussi des sujets plus parlant comme la première fois avec quelqu'un. L'humour reste bien présent tout au long de l'histoire, et l'auteure elle même n'hésitera pas à se dessiner et s'insérer dans quelques pages pour aborder encore plus de thèmes tout aussi intriguant et marrant.

    J'avoue que je souhaitais mette un dix sur dix en note, mais cela n'aurait pas été très objectif de ma part car Switch Girl a quelques défauts. L'auteure a emprunté trop souvent la voie de la facilité en reprenant plus d'une fois le même type d'intrigue. On aura plusieurs antagonistes qui vont vouloir détruire le couple que forme nos deux héros, et ce à plusieurs reprises ce qui rend le récit assez répétitif par moment, déjà qu'il est parfois très prévisible. Cependant le côté loufoque de la bande dessinée m'a vite fait oublier ces quelques faiblesses.

    Switch Girl

    Switch Girl est un manga que je conseille à tout le monde, aussi bien aux garçons qu'aux filles car les sujets évoqués parleront aux deux. Il propose une histoire divertissante, mais complètement déjantée, et il se peut que certaines personnes trouveront que le manga va parfois trop loin, mais personnellement c'est parce qu'il va trop loin, parce que l'auteure a osé parler ou montrer des choses qu'on ne voit nulle part ailleurs qui fait que j'ai autant apprécié ce manga. Ce fut un énorme coup de coeur qui fait à présent partie de mes shojos préférés.

    TON AVIS ?

    Pin It

    5 commentaires