• Mangas

  • Semaine du Shojo 2022 : Quel personnage de shôjo t'inspire le plus ?

    On se retrouve pour un nouvel article, et pas n'importe lequel car il s'agit du rendez-vous annuel du Club Shojo auquel j'ai énormément de plaisir de participer. Le but est tout simplement de répondre à une question posée autour des shojos. Comme d'habitude, nous sommes plusieurs blogueurs et blogueuses à avoir joué le jeu pour répondre au mieux à cette interrogation.

    Quel personnage de shôjo t'inspire le plus ?

    Peut-être vous souvenez-vous de ma participation en 2021 ou je devais énoncer quel shojo m'avait invité le plus à l'évasion. Cette année, la question est tout autre, le Club Shojo nous demande quel personnage nous inspire le plus. Pour une fois, je ne me suis pas cantonnée à une seule réponse et j'ai choisi de vous présenter 4 héroïnes qui ont été et qui sont encore aujourd'hui des sources d'inspiration.

     

    Oscar (La Rose de Versailles)

    Semaine du Shojo 2022 : Quel personnage de shôjo t'inspire le plus ?

     

    Oscar est la première qui m'est venu en tête lorsque je me suis posé cette question. Plus qu'une source d'inspiration, c'est pour moi un véritable modèle. C'est une femme admirable qui a réussi à me séduire de par son charisme, sa force et son courage. Dans un premier temps sous l'emprise de son père, elle va doucement s'émanciper pour suivre ses propres convictions. Elle réussit à inspirer le respect et est un exemple pour beaucoup de gens qui l'ont côtoyé. C'est un personnage qui m'a profondément touché et marqué par bien des manières. Elle fait encore aujourd'hui parti de mes héroïnes préférées tous mangas confondus.

     

    Makino (Hana Yori Dango)

    Semaine du Shojo 2022 : Quel personnage de shôjo t'inspire le plus ?


    Si le manga peut compter de nombreux défauts, Makino reste une de ses plus grandes qualités. Héroïne au caractère bien trempé, elle n'hésite pas à défendre les plus faibles et ose dénoncer le harcèlement provoqué par le F4, quitte à attirer leur foudre. Elle ne va jamais vouloir être un mouton qui suit aveuglément les autres et ne peut accepter les injustices. Pour toutes ces raisons, Makino est une personne inspirante et j'aurai vraiment voulait être aussi courageuse et affirmé qu'elle lors de mon adolescence.

     

    Ayumu (Life)

    Semaine du Shojo 2022 : Quel personnage de shôjo t'inspire le plus ?


    Parce qu'il n'y a pas que les personnages forts dans la vie, j'ai eu envie de citer Ayumu du manga Life.
     Elle fait partie des héroïnes qui bénéficient de la plus belle évolution. Au début, c'est une fille chétive, pas sur d'elle et très sensible. Entre harcèlement scolaire et agressions sexuelles, Ayumu va subir énormément au point de se faire elle-même du mal. Pourtant elle va peu à peu se relever et combattre tous ceux qui lui font du tort. Tel un phénix, elle renaît de ses cendres pour devenir un symbole de force. Outre le fait que ça soit un personnage inspirant, c'est surtout une personne qui donne énormément d'espoir pour les victimes de ce genre de violences.

     

    Yuri (Anatolia Story)

    Semaine du Shojo 2022 : Quel personnage de shôjo t'inspire le plus ?

     
    Je me devais d'évoquer Yuri dans cet article car son évolution est incroyable et c'est une héroïne formidable. On parle d'une jeune fille d'à peine 15 ans qui va se retrouver en pleine Anatolie ancienne et en proie à une reine qui ne souhaite que la voir disparaitre pour ses propres intérêts. Si dans un premier temps Yuri parait comme quelqu'un d'assez faible, elle va pourtant faire preuve d'un courage extraordinaire face à ses ennemis et braver la mort à plusieurs reprises, et cela sans jamais fléchir. Si c'est un personnage qui m'inspire énormément, c'est parce qu'à son âge, je n'aurais été capable de faire la moitié de ce qu'elle a pu entreprendre.

     

    Voilà pour ce qui est de ma sélection des personnages de shojo qui m'inspirent le plus. À présent, je vous invite à faire un tour sur tous les articles des blogueurs et blogueuses qui ont également participés à cet événement interblog !

    Pin It

    2 commentaires
  •  Top Mangas lus en 2021

    Mon top mangas de 2021 est enfin là et ça aura été laborieux comme article à réaliser. La raison est que j'ai lu deux fois plus de mangas cette année. Pour parler de chiffres, j'en suis arrivé à 365 tomes lus dont 93 étaient de la relecture. C'est donc plus de 70 titres que je vais vous présenter ! Je ne vais du coup pas tergiverser trop longtemps car il y a déjà pas mal de lecture. Donc pas de graphique comme l'année dernière pour montrer mes achats ou mes lectures. Pas de blabla pour causer des nouveautés à venir, pour une fois il faudra vous contenter du classement. C'est aussi pour moi l'occasion de parler de mes lectures, chose que je ne fais quasiment plus sur mon blog alors que j'adore ça de base. Bref, c'est parti !

     

    72. Kamunabi : Mythes et Récits au Féminin

    Top Mangas lus en 2021

    New

    J'ai failli ne pas aller au bout de ce manga alors que c'est un one shot. Le côté mythologie m'intéressait beaucoup mais bon sang, qu'est ce que c'était chiant à lire ! J'ai cru que je ne verrai jamais la fin ! Tout le côté explicatif est lourd, on croirait que l'héroïne se contente de réciter un cours, la manière dont elle raconte les histoires est vraiment ennuyante. Je dis ça alors que je suis quelqu'un qui adore l'histoire mais la c'est juste un grand non.

     

    71. Nekokappa

    Top Mangas lus en 2021

    New

    Je n'ai pas grand chose à dire à propos de ce manga, les dessins sont sympas mais j'ai strictement rien compris aux histoires. Je l'ai lu en fin d'année et je peux vous dire que je n'en ai déjà plus beaucoup de souvenirs. Clairement oubliable.

     

    70. Baron

    Top Mangas lus en 2021

    New

    Je suis plutôt bon public en général quand il s'agit de manga de science-fiction, mais cette histoire d'extraterrestres qui mettent enceinte une lycéenne n'était pas mon délire. Le dessin était cependant pas mal du tout et les personnages intéressants.

     

    Lire la suite...

    Pin It

    2 commentaires
  • Blue Period

    BLUE PERIOD

    Yamaguchi Tsubasa  Japon  2017  Drame, Tranche de Vie, Art  5 Tomes (en cours) 

    Yatora est un lycéen banal qui n'a pas vraiment d'ambition. Un jour, il aperçoit par hasard le tableau peint par une camarade de classe en cours d'arts plastiques : un événement qui va bouleverser sa vie et le projeter dans des sphères où il n'aurait jamais pensé entrer !

    Blue Period ou l’Art de transmettre sa Passion

    Mon avis (Tome 1 à 4)

    Cela fait bien longtemps que je n’avais pas pris le temps de rédiger une critique sur une œuvre que j’apprécie, et pourtant ce ne sont pas les coups de cœur qui ont manqué. Cette année a été une année particulièrement riche, que cela soit au niveau de la quantité que de la variété. Mais aujourd’hui, j’ai eu l’envie de revenir sur un titre bien spécifique dont l’adaptation animée vient à peine de débuter, il s’agit de Blue Period.

    Je ne suis pas quelqu’un qui soit forcément attirée par ce genre de manga. Je dois bien avouer que voir des héros ou héroïnes progresser dans leur domaine ne m’intéresse guère, notamment si le dit domaine ne me parle pas plus que cela. Ou alors il y a l’exact opposé où l’on suit le parcours de génies dont le talent fascine autant qu’il effraie, mais là aussi, ce n’est pas ma tasse de thé et je peux même admettre que cela m’ennuie profondément.

    Au final, si j’ai décidé de lire Blue Period, c’est parce qu'on m’en a donné l’opportunité. Malgré tous les éloges qui pleuvaient à son sujet, je n’en attendais pas grand-chose et ce n’est pas plus mal car ce titre a été une superbe découverte !

    Blue Period ou l’Art de transmettre sa Passion

    La bande dessinée a réussi à me combler sur bien des aspects et pourtant ce n’était pas gagné, car on vendait le manga, du moins le premier tome, comme particulièrement lourd à lire tant la quantité d’informations sur l’art était importante. Et ce n’était clairement pas un renseignement erroné, oui il y a énormément d’explications, mais l’autrice rend le tout incroyablement passionnant. À aucun moment je n’ai trouvé la lecture ennuyante ou trop chargé en texte, et j’ai pris un plaisir inattendu à apprendre en même temps que Yatora, toutes les techniques et secrets que pouvaient cacher la pratique du dessin et de la peinture.

    Ce qui me fait rebondir sur un point du manga que j’aime énormément. Dans ce récit, tout n’est pas question de talent. J’ai pu réaliser grâce à cette histoire que la peinture est bien plus complexe que je ne le croyais et qu’il ne suffit pas d’être juste bon pour y arriver. Il faut connaître et apprendre un tas de choses, et parfois ce sont juste des détails qui peuvent faire la différence. Bref, ici on ne s’attarde pas sur des aptitudes innées qui feraient de certains artistes des maîtres dans leur domaine. Ici on prouve qu’avec un peu de motivation et surtout beaucoup de passion, tout le monde peut y arriver et je trouve que c’est un merveilleux message car il est porteur d’espoir. Notamment dans ce domaine qui semble parfois assez inaccessible aux yeux de nombreuses personnes quand on voit l’aisance avec laquelle certains arrivent à exceller dans cet art.

    Blue Period ou l’Art de transmettre sa PassionAutre point important que je souhaiterais aborder est le héros. C’est un personnage que j’apprécie énormément car on n’est pas face à un pauvre petit jeune fragile et très sensible qui va trouver une véritable échappatoire dans la peinture. Ici on a quelqu’un qui n’a juste pas d’ambition, qui est plutôt bon élève et qui a des amis. Il se comporte comme il pense que les autres aimeraient qu’il soit, il fait sa vie sans vraiment se soucier du reste. C’est au final un « Monsieur tout le monde » et cela est grandement plaisant. D’autant plus que même s’il va redoubler d’efforts pour rattraper le retard qu’il a, ses prouesses ne seront jamais considérés comme épatantes, la motivation dont il va faire preuve est considérée comme normale et bon sang que ça fait du bien. Les héros qui s’acharnent à vouloir s’améliorer quitte à passer la nuit à s’entraîner sont souvent très présent dans ce type de manga, et ça me dérangeait beaucoup de voir toujours des personnages abasourdis par tant de dévotion alors que dans la vie réelle, on trouve cela normal de se donner à fond pour ce qui nous passionne.

    On peut ainsi facilement se reconnaître dans Yatora car il fait des erreurs que nous-même pourrions faire comme le fait qu’il ne va pas hésiter à rester dans sa zone de confort dès qu’un professeur va trouver une de ses toiles très réussie. C’est le genre de détail qui peut sembler anodin mais qui pour moi est essentiel pour qu’on puisse ressentir et comprendre le même genre de sentiments que le protagoniste dont on suit le cheminement. La passion du héros est d’ailleurs extrêmement communicative, le manga donne vraiment envie de se lancer nous aussi dans cette activité qui semble si exaltante. Surtout que son affection vis-à-vis de ça est très bien retranscrite dans cette œuvre, la peinture le prend vraiment aux tripes et il n’hésite pas à baisser sa garde et montrer sa sensibilité lorsque quelqu’un lui fait une remarque négative sur ses créations.

    Outre le parcours de Yatora, on observera également un bon nombre de personnages secondaires, tous tiraillés par des problèmes différents mais qui restent prenants à lire. Puis on a tout le coté concours vachement intéressant à suivre, notamment quand on sait que certains personnages visent des écoles dont le nombre d’entrées est limité. Découvrir tout ce qui entoure la pratique de la peinture et la préparation aux examens rend la série terriblement addictive et on tourne les pages à une vitesse folle pour savoir ce dont il adviendra de ce beau monde qui constitue le manga.

    Blue Period ou l’Art de transmettre sa Passion

    Blue Period est une expérience que je ne peux que vous conseiller de tenter. C’est une BD captivante qui sait mettre en avant, et avec une grande aisance, toute la passion dévorante qui entoure les personnages pour un art plus complexe qu’il n’y parait. C’est riche, saisissant et aussi parfois étonnamment émouvant, un titre qui vaut clairement le détour !

    Connaissez vous ce manga ? Si oui, qu'en avez vous pensé ?

    Pin It

    votre commentaire
  • Semaine du Shojo 2021 : Quel shôjo te donne le plus envie de voyager ou t'invite le plus à l'évasion ?

    Chaque année le Club Shojo organise une semaine spécial shojo ou il parle de ce type de manga à travers des articles à thèmes. Et comme chaque année il demande à des blogueurs et blogueuses de répondre à une question les concernant. Peut-être vous rappelez vous de ma participation à l'édition de 2018 ou je répondais à la question "Quel shojo t'a le plus ému ?". Je suis ravie de pouvoir aujourd'hui y reparticiper à nouveau et bien sur la question de cette année est totalement différente.

    Quel shôjo te donne le plus envie de voyager ou t'invite le plus à l'évasion ?

    Je n'ai pas cherché longtemps car ma réponse était une évidence. J'ai choisi un manga malheureusement jamais édité chez nous d'une auteure qui elle aussi n'a jamais foulé le sol français, j'ai nommé Anatolia Story de Shinohara Chie.

    Anatolia Story conte l'histoire d'une adolescente, Yuri Suzuki, qui va soudainement se voir projeter dans le passé et plus précisément en Anatolie ancienne. Si le pitch de base peut sembler banal, le contexte historique est quant à lui assez original. Ici on va s'attarder sur les Hittites, un peuple qui vivait sur l'actuelle Turquie. On s'intéressera à leurs mœurs, leurs coutumes et leurs batailles, le tout agrémenté d'une romance entre l'héroïne et un des princes du récit.

    Semaine du Shojo 2021 : Quel shôjo te donne le plus envie de voyager ou t'invite le plus à l'évasion ?À ma connaissance, je n'ai jamais vu d'autres mangas explorer cette partie de l'histoire et surtout de ce pays, et c'est en cela que ce manga m'a tant donné envie de voyager. Suite à ma lecture de ce shojo, je n'ai eu qu'une envie, découvrir d'autres contrées et leurs passés.

    Au-delà de ça, Anatolia Story est aussi le récit d'une jeune fille naïve et sans défense qui va se révéler pleine de courage et de perspicacité au fur et à mesure des tomes. Elle va surmonter bien des obstacles durant son périple avec une force de caractère incroyable et cela, malgré son jeune âge. 

    Anatolia Story, c'est aussi une romance passionnelle entre deux personnages que tout semblait opposer mais qui au final tout a rapproché face à l'adversité.

    Anatolia Story, c'est aussi des voyages à travers d'autres pays, des batailles incroyables et intelligentes, des rebondissements à n'en plus finir, des antagonistes hyper charismatiques. Bref, Anatolia Story a été une incroyable aventure que j'aimerai encore et encore revivre.

    Alors bien sur le manga n'est pas exempt de défauts, mais aujourd'hui je n'en retiendrai que les qualités car des shojos qui m'ont autant invité à l'évasion, il n'y en a pas des masses.

    Voilà pour ma sélection du shojo qui m'a le plus donné envie de voyager. Je vous invite à présent à vous rendre sur les articles des blogueurs et blogueuses participants à l'évent afin de découvrir leurs réponses !

    Pin It

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique
Titre de votre page