• Mangas

  • So Charming : premières impressions (T1 à 4)


    SO CHARMING

    Titre original : Suteki na Kareshi / 素敵な彼氏
    Pays : Miraculous Ladybug Japon
    Auteur :
      Kawahara Kazune
    Genre : Romance, Comédie, School Life
    Année : 2016
    Tome : 4 (en cours)

    So Charming : premières impressions (T1 à 4)

    Résumé

    Depuis qu'elle a découvert l'alchimie entre un couple lors d'un compte à rebours pour la nouvelle année, Nonoka Kozakura rêve d'avoir un petit ami pour partager ce moment féerique. Mais alors qu'elle approche de la fin de sa première année scolaire, elle est toujours célibataire, n'étant jamais tombée amoureuse d'un garçon. Invitée à une sortie en groupe, elle fait la rencontre de Naoya Kiriyama qui lui dit de but en blanc qu'elle n'aurait jamais de petit ami de toute sa vie si elle continue de fantasmer. Après avoir passé la journée ensemble, Naoya se transforme en quelque sorte en conseiller pour Nonoka et tous les deux commence à se fréquenter, ce dernier profitant pour observer le comportement de Nonoka... Le rêve de Nonoka finira t-il par se réaliser ?

    So Charming : premières impressions (T1 à 4)

    Mon avis

    So Charming est un manga dont j'ai eu de bons retours mais qui ne m'avait pas attiré à cause de son histoire. J'ai eu l’opportunité de trouver les quatres premiers tomes en occasion et je me suis donc, sans retenue, jetée dessus. Par après, j'ai appris aussi que l'auteure du manga ne m'était pas inconnu, en effet c'est la scénariste de Mon Histoire, un manga que j'avais adoré, et c'est donc avec plus d'enthousiasme que j'ai eu envie de le lire. Je l'ai lu un soir, prise d'un coup de blues et je peux vous dire que c'est un excellent anti-dépresseur.

    So Charming est certes assez classique comme comédie romantique mais c'est une comédie romantique qui du charme. Je ne vais pas vous mentir en vous disant que j'ai de suite été à fond dans le manga. Le début m'a laissé dubitative, non seulement à cause des nombreuses répétitions du mot "petit ami" qui étaient agaçantes mais aussi du rêve de l’héroïne qui ne m'a pas spécialement emballé. Tout tourne autour de ce rêve, qui est de trouver absolument un petit ami avant la fin de l'année, et j'ai trouvé assez triste de voir que Nonoka ne se raccroche qu'à ça, quelle n'a pas d'autres rêves ou même de passions.

    So Charming : premières impressions (T1 à 4)Et pourtant de fil en aiguille je me suis énormément attachée à l’héroïne et j'étais même à fond pour que son rêve se réalise. Nonoka ne veut pas juste un copain mais elle veut avant tout une personne qui l'aime, elle veut sortir avec la personne dont elle sera amoureuse et elle veut que la personne qui sort avec elle, le soit. Et c'est le genre de détail qui pour moi fait toute la différence mais qui peut sembler banal pour d'autres alors qu'aujourd'hui beaucoup de personnes sortent ensemble parce qu'avant tout elles se plaisent, elles ne sont pas forcément amoureuses. Personnellement je me suis beaucoup identifiée à l’héroïne car je fonctionne tout simplement comme elle, j'ai besoin de tomber amoureuse de la personne avec qui je sors. J'ai aimé le fait qu'on essaye d'expliquer pourquoi Nonoka n'a pas de succès avec la gente masculine. On lui sort par exemple qu'elle est trop difficile alors que c'est normal de vouloir trouver quelqu'un qui l'aime en retour et pas juste sortir par simple attirance, ce que les autres personnages semblent parfois oublier. J'ai d'ailleurs adoré le petit dialogue entre nos protagonistes, quand Nonoka demande à Naoya comment il est sortit avec ses ex-copines et lui répond simplement qu'il se plaisait et que c'était le cours naturel des choses, et l’héroïne qui s'étonne qu'ils ne se soient pas dit je t'aime. J'ai adoré cet échange car on a l'impression que dire "je t'aime" est devenu quelque chose de difficile à dire alors que ça ne le devrait pas. Et d'ailleurs tout au long du manga, on va voir que les personnages ont énormément de mal à exprimer leurs sentiments. Bref tout ça pour dire que je me suis beaucoup reconnu dans l’héroïne et c'est pour cette raison que je me suis autant attachée à elle.

    Le héro, Naoya est aussi un personnage que j'ai aimé. Au début un brin moqueur sur le rêve de Nonoka, il va très vite se rapprocher d'elle et l'encourager. C'est pas quelqu'un qui se prend la tête pour rien mais il a extrêmement du mal à exprimer ses sentiments. Si bien que notre héroïne, qui n'a jamais expérimenter l'amour, va avoir bien du mal à interpréter certains signes de sa part. Surtout qu'il ne va jamais dire clairement qu'il apprécie Nonoka, notamment au début, mais va principalement lui dire qu'il a du temps pour traîner avec elle. Par contre pour ce qui est de refréner les ardeurs des femelles en chaleur, il ne se fait pas prier et le dit clairement et ça c'est vraiment appréciable. Car c'est franchement bien énervant quant, dans une comédie romantique, on voit des hommes qui n'arrivent pas à repousser certaines filles alors qu'ils en aiment déjà une autre, ce qui entraîne forcément des quiproquos vu et revu. Ici ce n'est pas le cas.

    Dans ce manga, on s'attarde vraiment beaucoup sur les sentiments des différents personnages principaux et secondaires et a leur perception de l'amour, ce qui les rends très réalistes. L'histoire avance de manière naturelle et c'est plaisant.

    So Charming : premières impressions (T1 à 4)

    J'ai juste un peu peur quand à la tournure que va prendre la relation entre nos protagonistes car l'auteur semblent adoré mettre des bâtons dans leurs roues ce qui va considérablement compliqué leur relation qui est basé sur beaucoup de non-dits ( car l’héroïne ne connait rien en l'amour et le héro n'est pas assez expressifs). Personnellement je risque de me lasser si à chaque fois on a une complication car après 4 tomes, sans vouloir spoiler, ça avance surement mais surtout très doucement. J'espère quand même qu'a un moment, leur relation va avancer sans forcément être tout le temps semée d'embûches. Cela dit, nos deux tourtereaux sont hyper mignons et j'ai adoré suivre leurs aventures.

    So Charming, malgré un scénario banale, est un petit coup de coeur que j'ai adoré lire grâce à une palette de personnage très différent. Le traitement de ses derniers est très intéressant et c'est ce qui permet à cette comédie romantique de se démarquer. J'ai hâte de lire la suite car c'est le genre de mangas qui fait juste du bien au moral. Je le recommande si vous aimez le genre, et surtout ne vous arrêtez pas au début, qui est lourd de part ses répétitions, car la suite en vaut clairement le coup.

    Connaissez vous ce manga ? Si oui, qu'en avez vous pensé ?

    Pin It

    8 commentaires
  • Semaine du Shojo 2018 : Quel shôjo t’a le plus ému ?

    Je suis ravie de vous annoncer que le Club Shojo m'a demandé de participer à sa semaine shojo. Je suis très honorée de pouvoir faire partie de l'aventure cette année surtout que l'année dernière, j'avais déjà pu voir plusieurs blogueurs-ses que je connaissais y participer et j'avais adoré le concept.

    Cette année la question qui a été posée est : quel shojo vous a le plus ému ? Je vous avoue, lorsque j'ai vu la question, je ne l'ai pas trouvé de suite inspirante car j'ai remarqué que les mangas qui m'ont le plus ému ne sont justement pas des shojos. Et finalement en creusant un peu, j'en ai trouvé quand même. J'aurai bien voulu vous parler de Orange car le thème de ce manga m'a pas mal touché, mais je sais d'avance que plein de personnes risquent d'en parler et du coup l'envie de moi même en parler était moindre. Et puis en cherchant un peu plus, j'ai découvert qu'un shojo que j'avais de base adoré pour son humour s'était révélé très touchant. Donc aujourd'hui on cause Ugly Princess !

    Semaine du Shojo 2018 : Quel shôjo t’a le plus ému ?Quand on cite Ugly Princess, on pense forcément a Natsumi Aida et donc a Switch Girl qui est un manga très décalé mais surtout réaliste. Ugly Princess est un peu dans la même veine que Switch Girl pourtant il a réussi à m'émouvoir et essentiellement grâce à l’héroïne. Mito Meguro est considéré comme la moche de sa classe. Pas de succès donc avec la gente masculine et se fait souvent harcelée à cause de son physique si bien qu'elle se réfugie dans une bulle qu'elle a crée avec ses amies. Même si ce côté du récit est abordé avec beaucoup d'humour, on ne peut s'empêcher d'être touché par ça pour la simple et bonne raison qu'un tas de filles est dans la même condition que notre héroïne. Le fait qu'on puisse vraiment s'identifier à elle nous permet davantage de la comprendre, elle et ses tourments. En effet Mito va à plusieurs reprises pleurer à cause de cette situation qui la fait pas mal souffrir et on ne peut rester insensible face à cela car ce petit bout de femme ne mérite pas ça. Heureusement dans le manga, bien des choses vont évoluer et notre héroïne va doucement s'affirmer et prendre confiance en elle grâce aux personnes qui l'entourent. 

    Alors bien sur j'ai avant tout aimé ce manga pour son humour et pour le message qu'il faisait passer. Néanmoins étant quelqu'un qui manque énormément de confiance en soi, j'ai été beaucoup touché par le personnage féminin principal de ce manga. Mito est attachante, drôle, gentille, bien des qualités qui fait d'elle une très belle personne malgré son physique "disgracieux". Je suis franchement très contente de voir la tournure qu'a pris le manga car c'est une belle revanche pour notre petite Mito.

    Et voila, le manga qui m'aura le plus ému est Ugly Princess. Je vous invite à voir les articles des autres participants à cet événement inter-blog :

    Pin It

    6 commentaires
  • Ikigami

    Ikigami

    Titre original : イキガミ
    Pays : Miraculous Ladybug Japon
    Auteur :
     Mase Motoro
    Genre : Drame, Psychologique, Science Fiction
    Année : 2005
    Tome : 9

    Ikigami

    Résumé

    Au Japon, dans une société du futur, une nouvelle loi prospère, la "Loi pour le maintient de la prospérité nationale". En rentrant à l'école primaire, chaque enfant reçoit un vaccin. Une injection sur 1000 contient une capsule qui se logera dans le coeur et explosera a une date et une heure définie, entre les 18 et 24 ans de la personne concernée. 24 heures avant sa mort, cette personne recevra un préavis de décès, "l'Ikigami" qui lui donne droit à un certains nombre de services privilégiés. Fujimoto est chargé de livrer l'ikigami.

    Ikigami

    Mon avis

    9 / 10 : Cela fait des années que j'essaye, en vain, d'écrire cette critique, car je ne trouvais tout simplement pas les bons mots pour exprimer mon ressenti vis à vis de ce manga. Et je ne sais pas pourquoi, il m'a fallu une nuit pour enfin poser sur papier toutes mes idées.

    Déjà comment ai je découvert Ikigami ? Je flanais tout simplement à travers les rayons d'une librairie à la recherche d'une nouvelle collection à commencer et plus particulièrement d'un seinen parce que j'étais dans une période ou je voulais découvrir principalement des seinens. Quand je suis tombée sur Ikigami, je n'ai pas cherché plus loin et j'ai décidé de l'acheter car il proposait une histoire très innovante et différente de ce que j'avais déjà pu lire. Sans compter que je commençais une phase ou je lisais de plus en plus de romans dystopiques, et par chance Ikigami était une dystopie.

    Ikigami nous plonge donc dans une société totalitaire qui souhaite faire prendre conscience à la population de la réelle valeur de la vie. Et pour cela quoi de mieux que de sacrifier certaines personnes et leur dire seulement 24 heures avant qu'elles vont mourir.

    Ce manga apporte une réelle réflexion et nous amène à poser plusieurs questions comme : Que ferions nous s'ils nous restaient seulement 24 heures à vivre ? Quel est la valeur de la vie ? Faut il absolument savoir qu'on va mourir pour connaitre la vraie valeur ? Il est vrai que certaines personnes prennent conscience de cette valeur là en ayant côtoyé la mort donc on peut pas dire que c'est complètement faux, mais nous avons tous une vision différente de la vie et tout le monde n'a pas besoin de la mort pour se rendre compte à quel point la vie est précieuse, du coup la méthode présenté dans le manga semble assez vite absurde.

    Ce qui intéressant c'est de voir qu'aucun des personnages ne s'attendent à avoir le fameux Ikigami. Et c'est un peu le reflet du monde réel car à aucun moment on va se dire que demain on aura un accident qui causera potentiellement notre mort. Personne n'est préparé à mourir et forcément c'est un coup de massue que de savoir qu'il nous reste peu de temps à vivre. Au fil des chapitres, on nous présente maintes regrets de la part des personnages car c'est ça le but de cette loi : prendre conscience de ce qu'on a pas pu accomplir et avoir des regrets pour mieux comprendre.

    Ikigami

    Ce que j'ai trouvé de pertinent, c'est la plage d'âge choisit pour recevoir l'Ikigami. Je ne sais plus si l'auteur a donné une raison de ce choix mais à titre personnel je trouve que l'âge a été judicieusement choisit car il amène une réflexion supplémentaire. Je m'explique. Premièrement, parce qu'on sort de l'adolescence et généralement à cette âge la on a rarement pu accomplir ce qu'on voulait faire dans la vie, on a peu de chance d'avoir déjà réalisé ses rêves. Même en prenant l'âge maximal qui est de 24 ans, c'est peu probable qu'a cette âge la on ait pu réaliser tout ce qu'on voulait. Moi même à mon âge, je n'ai pas accompli un quart de ce que je voulais faire dans ma vie. Et ça, ça fait vraiment réfléchir sur le fait que la vie est courte et qu'il ne faut pas perdre de temps pour atteindre ses rêves. On pense souvent avoir le temps de le faire, mais le temps passe vite et rien nous dit que le lendemain on sera encore en vie.

    Deuxièment, comme je le disais au dessus, c'est un âge ou on sort de l'adolescence car même à 24 ans on est pas forcément encore un adulte. Et l'adolescence de nos jours, est une période très mal vécu par un bon nombre de jeunes. En effet de plus en plus d'adolescents sont aujourd'hui sujets à la dépression pour de multiples raisons : indécisions quant à leur avenir, mal être, harcèlement... Il est bien sur difficile de rebondir quand on a vécu des choses aussi difficiles, mais d'un côté le manga nous fait bien comprendre qu'on a pas du tout le temps de se lamenter car encore une fois, la vie est courte. Il faut savoir faire table rase du passé, même si c'est difficile, car ses années à penser encore et encore au passé, sont des années de perdues.

    En réfléchissant à tout ça, on pourrait croire que le manga a une vision assez pessimiste de la vie mais c'est une réalité. La vie est courte, il faut en profiter chaque seconde car on ignore de quoi sera fait demain, c'est vraiment le message que veut nous véhiculer Ikigami.

    A côté des différents personnages recevant l'Ikigami, nous suivons le personnage principal de l'oeuvre, Kengo Fujimoto, celui qui les distribue. Peu à peu ce personnage va changer sa vision des choses concernant cette loi et y voir les failles de cette prospérité national imposé par le gouvernement. J'ai aimé suivre l'évolution de ce personnage qui va être à plusieurs moment proie aux doutes vis à vis de son travail et de tout ce qui l'entoure. Ses questionnements sont réellement intéressants et j'ai été prise dans ces diverses réflexions.

    J'aimerai quand même ajouter une dernière chose. Vous imaginez bien que si j'ai mis neuf c'est que j'ai remarqué quelques défauts à cette oeuvre. Déjà les dessins. Pas que je les trouve laids, au contraire, et ils collent parfaitement à l'ambiance sérieuse du manga, mais je reproche à Motoro Mase ce que je reprochais un peu à Tsukasa Hojo : les personnages se ressemblent trop ! Autant Hojo ça touchait uniquement les femmes autant avec Mase hommes et femmes se ressemblent ce qui est assez gênant surtout qu'on nous présente quand même beaucoup de personnages différents. Et puis secondo, je n'ai pas été totalement conquise par la fin que j'aurai bien imaginé plus aboutit.

    Ikigami

    Ikigami est une oeuvre d'anticipation très réussite car amène à plein de réflexions concernant la vie et sa valeur en parcourant les histoires de personnages tous plus intéressants les uns que les autres. Certes plusieurs récits risquent de vous parler moins que d'autres mais quelque soit les histoires, le message du manga reste le même. Un seinen que je recommande chaudement aux personnes qui cherchent une histoire qui sort du lot.


    Connaissez vous ce manga ? Si oui, qu'en avez vous pensé ?

    Pin It

    2 commentaires

  • TAG : Pouvez vous citer un manga...

    J'ai cru que mon dernier TAG ne datait de pas trop longtemps mais en fait le dernier que j'ai fait sur les mangas date d’août, donc je me suis dit que c'était le bon moment pour vous en sortir un nouveau. Je me suis inspirée d'un TAG PKJ destiné aux romans pour en faire un version manga avec des questions que j'ai soigneusement choisis. Attendez vous à voir prochainement d'autres TAG sur les animes et dramas aussi, il en existe très peu dessus donc j'ai vraiment envie d'en créer spécialement. Surtout que j'adore en faire, ça permet de parler plus librement d’œuvres qu'on aime et d'en présenter plusieurs d'un coup. Pour revenir au TAG, il consiste juste à répondre aux différentes questions. C'est parti !

    Lire la suite...

    Pin It

    2 commentaires
  • [TAG] Je brûle mes mangas !

    Cela fait un moment que je n'ai pas fait d'articles parlant de mangas, c'est pourquoi j'ai décidé de faire un TAG super sympa que j'ai découvert sur la chaine 4D Girls. Il s'agit du TAG "Je brûle mes mangas" dont le but est de tirer au hasard deux mangas de sa bibliothèque et de choisir lequel on garderai et lequel on brûlerai. Je dois vous avouer que ça été très dur de choisir par moment, heureusement qu'on ne les brûle pas vraiment haha. Et puis côté argumentation, c'était pas facile, car entre les mangas que je voulais garder pour leurs nombreuses qualités et les mangas que je voulais garder par affection, c'était pas simple. Je n'ai pas mis tout les mangas que je possédais notamment les nouveautés ou je ne possède qu'un ou deux tomes car je trouve ça moins pertinent, j'ai plutôt opté pour des mangas que je possède depuis longtemps ou qui ont un certains nombres de tomes sortis. C'est partit !

    Voici la liste des mangas que j'ai choisis :
    Switch Girl, Ouran High School Host Club, Orange, Re/Member, Ludwig Revolution, Doubt, Kings Game, Demokratia, Psychometrer Eiji, Black Cat, Bleach, Ikigami, Gunnm, Tales Of Symphonia, All You Need Is Kill, L'attaque des titans, Chocola et Vanilla, Blood+, Judge, Ugly Princess

     

    [TAG] Je brûle mes mangas !

    Premier duel pas bien compliqué, je brûle sans hésitation Tales Of Symphonia. Tout simplement parce qu'il est mon jeu préféré de tout les temps, un jeu que j'ai finit plus de 10 fois et que je pourrais encore et encore recommencer. Même si j'ai aimé le manga, il ne vaut pas le jeu. Et puis Demokratia fut un grand coup de coeur, j'adore l'auteur Motoro Mase qui est un de mes mangakas préférés sans compter que Demokratia est devenu mon seinen favoris, donc non, je ne pourrai définitivement pas m'en séparer. 

     

    [TAG] Je brûle mes mangas !

    Duel très compliqué qui oppose mon shojo favoris à mon shonen favoris, autant vous dire que j'aimerai en brûler aucun haha. Mais je joue le jeu et je brûle l'attaque des titans. L'Attaque des Titans bénéficie d'une adaptation animé très fidèle et l'anime m'a procuré autant de frissons que m'a procuré le manga, donc je me dis qu'au pire j'ai toujours la possibilité de voir l'anime. Quand à Switch Girl, il n'a jamais été adapté en anime, il a certes une adaptation en drama mais qui pour moi n'est pas du tout à la hauteur du manga (bien que j'ai trouve que l'actrice principal jouait parfaitement Nika !). Et puis je pense que j'aurai plus tendance à relire Switch Girl car c'est vraiment un manga qui me donne la pêche, c'est un manga que je relis chaque fois que j'ai un coup de blues et il marche très bien pour remonter le moral. Bref, Switch Girl c'est léger, marrant et mignon, je ne peux pas le brûler. Mais je brûle quand même à contre coeur l'Attaque des Titans.

    Lire la suite...

    Pin It

    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique